Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 12:58

 

 

C’est grâce à la complicité de Monsieur Vermeil de Conchard, propriétaire du château de Chauvaux à Douzillac, que ce circuit autour des châteaux de la commune a pu se réaliser.


Le circuit initial prévoyait des commentaires faits par Monsieur Vermeil de Conchard mais nous avons eu la chance que les propriétaires de chaque château soient présents ce jour là, nous permettant de revire l’histoire de chaque demeure au fil des siècles.


Le 1er château que les participants ont pu découvrir est celui de Mauriac. Bâti au 15ème siècle et classé Monument Historique, il offre une superbe vue depuis l’écluse et le barrage de Mauriac à Neuvic. Côté jardins, c’est la rencontre avec son propriétaire, Monsieur Dumoncel qui nous conte l’histoire de sa demeure avec quelques anecdotes croustillantes. A noter que le jardin et les terrasses sont ouverts au public d’avril à octobre de 9h30 à 17h tous les jours, le reste de l’année de 9h30 à 12h et de 14h à 17h.








Le 2ème arrêt se fait au château des Rieux, plutôt considéré par sa propriétaire Mme Dentzer comme une demeure bourgeoise datant des années 1780.










Puis arrêt au château de Chauvaux, monument classé, où le capitaine légionnaire Philippe Maine s’est éteint.






Enfin, le château de Valay et son très beau parc, propriété appartenant aux comtes de Ribérac en 1620 dont le propriétaire actuel M. De Bosset retrace l’histoire.














Le circuit s’est prolongé par la découverte de l’atelier de poterie de Florence de Sacy à Douzillac où le groupe a pu participer à la cuisson des poteries dans le four à bois de type Sèvres où les poteries cuisent à plus de 1300°.

Alain Devise, céramiste et photographe, compagnon de Florence de Sacy a expliqué le processus de fabrication des poteries, du travail de malaxage de la terre jusqu’à la finition.

Florence de Sacy a ensuite réalisé une démonstration de tournage de poterie, toujours un moment magique où l'on découvre la sculpture changer de forme sous les mains expertes de l’artiste.




Chacun a ensuite pu admirer les nombreuses pièces ornant la galerie.






Pour finir l’après-midi, c’est un personnage typique de la forêt de la Double que le groupe a pu rencontrer. Installé au lieu dit « la Barrière » à St André de Double, Hervé Charmarty est vannier mais également apiculteur. C’est sa deuxième activité qui nous intéressait ce jour là. Essayons d’en savoir un peu plus….


L'apiculture consiste à élever des abeilles afin de récolter le miel. Le premier travail de l'apiculteur est de fournir une ruche aux abeilles. Les abeilles butineuses ont en charge l'approvisionnement de la ruche. Chaque matin, l'abeille va butiner dans les champs de fleurs où elle a travaillé les jours passés ou part à la découverte de nouvelles plantes. Une fois posée sur une fleur, l'abeille en écarte les pétales, plonge sa tête à l'intérieur, allonge sa trompe et aspire le nectar qu'elle met dans son jabot. Après avoir visité plusieurs fleurs et rempli son jabot, elle rentre à la ruche, puis dépose son chargement dans la bouche d'autres abeilles ouvrières. À la place du nectar de fleur, les abeilles peuvent récolter du miellat, excrément sucré des pucerons qui sera utilisé de la même façon que le nectar de fleur. C'est ce produit de base qui est notamment utilisé pour le miel de sapin.

Le scientifique Heinrich a mesuré le volume de travail effectué par les abeilles butineuses. Ainsi, pour produire un pot de 500 grammes de miel, les abeilles doivent effectuer plus de 17 000 voyages, visiter 8 700 000 fleurs, le tout représentant plus de 7 000 heures de travail.

La chaleur de la ruche, ainsi que les courants d'air créés par les abeilles ventileuses, font évaporer le trop-plein d'eau du nectar, et réduisent le taux d'humidité entre 14 et 20%. Cette ventilation peut durer jusqu'à 20 minutes. De plus, grâce au travail des ouvrières qui l'aspirent puis le recrachent, le nectar, ainsi mêlé à de la salive et à des sucs digestifs, est prêt à être ensuite entreposé dans les alvéoles puis ceux-ci operculés. Il va se transformer en miel.




Pour récolter le miel, l’apiculteur utilise un enfumoir pour enfumer les abeilles afin de travailler tranquillement
. Hervé utilise un instrument diffusant de la fumée froide, un combustible composé d’herbe fraîche, de résidu de vîme avec des écorces de pignes de pin.

L’ennemi de l’abeille : le frelon, véritable fléau pour nos amies les abeilles.

Une astuce infaillible pour détruire les frelons ? Prenez une bouteille en plastique, coupez là 10 cm en dessous du goulot, insérer le goulot dans la bouteille, versez 2 verres de panaché, accrochez la bouteille et vous verrez les frelons s’y noyer sans pouvoir remonter à la surface.



Chacun a pu déguster le miel fabriqué par les abeilles et récolté par Hervé. Miam, délicieux !

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Blog Office de Tourisme Neuvic-St Astier en Périgord
  • : L'activité touristique autour de St Astier-Neuvic en Périgord
  • Contact

Office de Tourisme

Blog officiel de l'Office de Tourisme de Saint Astier-Neuvic en Périgord.


tourisme.neuvic@ccivs.fr

www.tourisme-isleperigord.com

www.facebook.com/tourisme.neuvic.stastier

 

Tél : 05.53.81.52.11


Horaires d'ouverture :
septembre à juin : mardi au vendredi : 9h30-12h / -14h-17h
samedi : 9h30-12h30

juillet-août : mardi au vendredi : 9h30-17h30 sans interruption                             samedi : 9h30-12h30
dimanche : 11h-13h : Accueil sur le site du camping de Neuvic (mi juillet à mi août)

 

Recherche

Archives